Le coeur et l’âme du CH

LAVAL- JEAN-PHILIPPE DOUCET

La présentation d’un joueur de concession

Le cerbère des Canadiens de Montréal n’a plus besoin de se faire présenter, mais Carey Price est définitivement le joueur clé de la formation montréalaise. Lui qui fait partie de l’organisation depuis le début de sa carrière aura travaillé très fort pour en arriver au statut de joueur qu’il est présentement.

Son parcours en sols montréalais a débuté en 2005, année où la Sainte-Flanelle a fait de lui son choix de premier tour, 5e au total , lors de la séance de repêchage. Trevor Timmins et son groupe de recruteurs n’ont jamais douté une seule seconde d’avoir fait un mauvais choix en sélectionnant le Canadien d’origine. Carey Price aura passé par des moments difficiles lors de ses premières saisons dans l’uniforme du bleu blanc rouge, mais il aura été en mesure de passer à travers, lui qui se faisait échanger par plusieurs partisans, à la suite de ses mauvaises performances lors de la campagne de 2009-2010.

Depuis ce temps, les choses ont changé pour lui et les Canadiens avaient d’ailleurs décidé de transiger Jaroslav Halak au dépend de Carey Price à l’époque et 7 ans plus tard, nous pouvons admirer cette décision. Le gardien des Canadiens de Montréal, qui en est à sa 10e saison avec le club, est vraiment rendu un membre important de l’équipe et s’élève même comme étant possiblement le meilleur gardien de la ligue au grand complet.

Les bons mots à son égard viennent de partout, autant du côté des journalistes qui le suivent durant toute la saison, des hauts-dirigeants de la ligue, mais également par ses pairs. Carey Price a littéralement tout gagné les exploits individuels en passant par le titre de gardien de l’année, mais également celui de joueur le plus utile à son équipe en gagnant le trophée Hart lors de la saison 2014-2015.

Encore cette saison, le portier se retrouve parmi les meilleurs gardiens de la ligue et sera sûrement nominé à titre de gardien de l’année, titre qui devrait toutefois aller aux mains de Sergei Bobrovsky, qui connaît une saison du tonnerre. Par contre, pour Carey Price, l’important cette saison n’est pas les honneurs individuels, mais bien de remporter une première coupe Stanley depuis son arrivée au sein du circuit Bettman.

Des séries éliminatoires 2016-2017 des plus importantes

La carrière de Carey Price pourrait prendre un tournant complètement différent si ce dernier ramène la coupe Stanley à Montréal après 24 ans d’absence. En effet, la concrétisation de ce titre pourrait le pousser à s’élever comme le meilleur gardien a avoir enfilé le prestigieux uniforme de la Sainte-Flanelle, malgré la présence de grands gardiens comme Patrick Roy, Ken Dryden ou même Jacques Plante. Le numéro 31 aura de la pression pour en arriver ainsi, mais il a prouvé par le passé qu’il peut tout gagner à son passage.

À ce propos, le cerbère a remporté la coupe Memorial, chez les juniors, les grands honneurs aussi dans la ligue américaine et la médaille d’or lors des Jeux Olympiques de 2014, à Sotchi. La seule concrétisation qui manque toujours à son palmarès est la coupe Stanley et ce dernier pourrait très bien le faire dès cette saison. Pour en arriver ainsi, le numéro 31 aura une lourde commande à faire, mais avec la présence d’un entraîneur d’expérience en Claude Julien et de joueurs importants comme Shea Weber, Max Pacioretty , Alexander Radulov et Alex Galchenyuk , tous les espoirs sont permis pour les Canadiens.

Un futur contrat historique?

Carey-Price-Montréal

Les prestations du cerbère feront certainement de lui le joueur le mieux payé de l’histoire du club, devançant son bon ami, PK Subban à ce titre. En effet, Carey Price aura le luxe de demander un salaire énorme au terme de sa dernière année de contrat en 2017-2018. Cette hausse salariale pourrait s’élever d’environ 4 à 5 millions, lui qui touche actuellement un salaire de 6,5M par saison. Pour en venir avec une entente avec son gardien de but vedette, Marc Bergevin devra bien évidemment donner une augmentation de salaire à Price, mais également lui faire comprendre que Montréal est son deuxième chez-soi, mais également qu’il pourrait s’illustrer dans l’histoire du club et qui sait si son fameux numéro 31 rejoindra les autres légendes de l’organisation, dans les hauteurs du Centre Bell.

Une note personnelle

Pour ma part, j’ai vraiment hâte de voir si Carey Price pourra élever son jeu d’un cran pour ramener la coupe à Montréal. Je crois vraiment qu’il a tout ce qu’il faut pour aider la formation montréalaise a remporter les grands honneurs, mais on aura notre réponse lors des prochains mois.

Crédit photo: La presse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s