Le plan de Bergevin : imiter les champions

Charles Boisvert

Après avoir analysé plusieurs mouvements de Marc Bergevin, j’en suis venu à la conclusion que le plan de Marc Bergevin est de ressembler le plus possible à la meilleure équipe de la LNH. Étant donné que les champions peuvent changer après les années, le plan de Bergevin change aussi…

On sait que Marc Bergevin a été à l’emploi des Blackhawks de Chicago pendant de nombreuses années. De 2005 à 2011, Bergevin a occupé divers postes tels que dépisteur, entraîneur adjoint, directeur du personnel des joueurs et directeur général adjoint. Il est tout à fait normal que la culture des Hawks soit se transpose dans sa manière de diriger le Canadien de Montréal.

Dès les premiers mouvements effectués par Bergevin, il essaie de reconstituer une équipe de l’Ouest. Donc il essaya de grossir l’équipe et d’ajouter des joueurs capables de frapper, notamment en amenant George Parros, Colby Armstrong et Brandon Prust.

2009-10-Chicago-Blackhawks-Team-Celebration-on-Ice
Crédit photo: DiscountPosterSale

Mais j’ai décidé d’aller plus loin. Marc Bergevin essayait de reproduire l’équipe championne de 2009-2010 des Blackhawks de Chicago, année où il était directeur du personnel. En comparant des joueurs de l’époque à Chicago avec ceux du Canadien, on peut lier bien des joueurs, mais on se rend à l’évidence que, de 2012 à 2016, il manquait un ingrédient très important.

En comparant les joueurs de 2009-10 des Blackhawks à des joueurs ayant porté le chandail bleu-blanc-rouge, on peut se rendre compte que les deux équipes comportent un tireur d’élite, soit Patrick Kane et Max Pacioretty. Le Canadien peut compter sur un meilleur gardien, car Carey Price a un plus grand impact dans son équipe que Cristobal Huet et Antti Niemi l’avaient à l’époque.

La citation souvent utilisée par Marc Bergevin pour expliquer les acquisitions de Jordie Benn, Davis Drewiske, Mike Weaver, Sergei Gonchar, Bryan Allen, Jeff Petry, Victor Bartley, Nikita Nesterov et Brendan Davidson remonte aussi du passage à Chicago, du grand manitou du Canadien. Ça vous dit quelque chose, « On a jamais trop de défenseurs » ? Et bien, imaginez-vous donc qu’en 2009-10, les Blackhawks ont utilisé Duncan Keith, Brian Campbell, Dustin Byfuglien, Brent Seabrook, Niklas Hjalmarsson, Jordan Hendry, Brent Sopel, Kim Johnsson et Nick Boynton, soit neuf défenseurs, et ce, en saison régulière. Du nombre, seul Johnsson n’a pas vu de temps de glace en séries.

Byfuglien-Game-Over.jpg
Crédit photo: The Sports Bank

De plus, avec Campbell, Keith et Seabrook, on peut bien imaginer Bergevin essayer de reproduire ce « Big Three » avec Shea Weber, Jeff Petry et Andrei Markov. Avec Hjalmarsson qui était jeune (22 ans) et prometteur à l’époque, on peut facilement faire des comparaisons avec Nathan Beaulieu.

Par contre, il y a un endroit où on ne peut établir de comparaisons. Il s’agit du poste de premier centre. À l’époque, Jonathan Toews s’était comporté en véritable leader avec une récolte de 29 points en séries. Aujourd’hui, on ne peut mettre les noms de Tomas Plekanec, Alex Galchenyuk ou Phillip Danault ainsi que celui de Toews dans la même phrase. À la limite, nous pouvons comparer ces joueurs à Patrick Sharp, Andrew Ladd et Troy Brouwer, mais Toews est à un calibre supérieur et c’est évident.

Le plan de Bergevin était de rebâtir la culture des Hawks à Montréal. Ce plan était en place jusqu’au 11 juin 2017. Avant cette date, on peut analyser d’autres mouvements de Bergevin qui nous permettait de croire au plan de ressembler aux Hawks. Andrew Shaw et Phillip Danault sont deux anciens joueurs des Blackhawks. Des gros joueurs imposants comme Steve Ott, Andreas Martinsen, Brandon Davidson et Dwight King peuvent rappeler des David Bolland, Colin Fraser et Ben Eager.

Mais le plan de Bergevin n’est plus de ressembler aux Blackhawks, mais bien de ressembler aux champions. Et les champions en ce moment, ce sont les Penguins de Pittsburgh. Ces temps-ci, nous pouvons déceler des mouvements et des comparaisons liant le Canadien aux Penguins.

image.jpg
Crédit photo: RDS

Les Penguins ont gagné la Coupe avec une superbe ligne de centre, avec Sidney Crosby, Evgeni Malkin et Nick Bonino. Il est certain que Crosby et Malkin sont difficilement comparables à d’autres joueurs à travers la ligue, mais Marc Bergevin semble vouloir améliorer cette position. À commencer par l’échange de Jonathan Drouin, qui peut jouer au centre, ferait un bon premier pivot pour plusieurs équipes. De plus, plusieurs rumeurs disent que le Canadien s’intéresserait à des joueurs autonomes tels que Joe Thornton, Sam Gagner et Nick Bonino. En plus, Phillip Danault est en voie de devenir une valeur sûre sur le top 9 de l’équipe. Et si le Canadien n’échange pas l’énigmatique Alex Galchenyuk, le Tricolore aurait un bon deuxième centre sous la main.

Longuement pendant les séries 2017, les observateurs regardaient la défensive des Penguins décimée, pourtant, elle tenait le coup partie après partie. Les défenseurs Ron Hainsey, Trevor Daley, Justin Schultz, Brian Dumoulin, Olli Maatta et Ian Cole, il s’agit de l’une des moins bonnes défensives de la LNH. Encore là, nous pouvons établir la transaction Drouin-Sergachev comme un pas dans ce sens. Le Canadien a sacrifié de l’avenir en défensive pour avoir une meilleure attaque.

Avec ce championnat des Penguins, est-ce que la position la plus importante au hockey devient l’attaque ? Est-ce que d’autres directeurs généraux vont suivre la parade amorcée par les Penguins et ainsi concentrer leur dépistage, leurs échanges et leurs autres mouvements de personnel pour améliorer l’attaque ? Est-ce que d’autres équipes vont faire comme les Penguins et ainsi avoir 3 lignes d’attaques capables de marquer des buts et une seule de défendre. Le principe « Top 9 – 4th line » va-t-il remplacer « Top 6 – Bottom 6 » ?

On s’éloigne un peu du sujet, mais à quoi peut-on s’attendre chez le Canadien ? Un excellent joueur de centre ? Des défenseurs de profondeur ? Des joueurs de soutien offensif ? Un deuxième gardien de grande qualité ? Une panoplie de joueurs au salaire minimum pour jouer dans la LAH ? Ce sont tous des aspects qui caractérisent l’équipe championne 2017 des Penguins.

Si le plan de notre cher directeur général est d’imiter les champions, il le fera bien !

Crédit photo: Montreal Gazette

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s